Andropause: Attention à la prostate!

L'andropause est une période de transition qui commence chez l'homme au début de la quarantaine et qui s'accompagne de changements sur le plan psychologique et physique.

 

Andropause: Attention à la prostate!

Le principal facteur à l'origine de ces changements est la diminution progressive de la production de l'hormone mâle : la testostérone.

Le principal facteur à l'origine de ces changements est la diminution progressive de la production de l'hormone mâle : la testostérone.

La baisse de la production de testostérone

Chez l'homme, à partir de 30 ans environ, le taux de testostérone diminue de 10% par décennie. Cette baisse de testostérone survient chez la moyenne des hommes. Toutefois dans certains cas cette baisse peut être beaucoup plus marquée. La diminution de production de l'hormone mâle est responsable de plusieurs changements psychologiques chez l'homme.

Changements psychologiques
Nervosité
Anxiété
Sautes d'humeur
Troubles de la mémoire et de concentration
Angoisse
Dépression

 

Changements physiques
Une transformation de la silhouette caractérisée par un gain de poids surtout à l'abdomen c'est-à-dire le " gros ventre " de la quarantaine.
Fatigue générale sans raison apparente.
Diminution de la force de résistance.
Baisse de l'énergie physique.
Douleurs musculaires et raideurs articulaires.
Troubles du sommeil, réveils fréquents la nuit, insomnie. Besoin de faire la sieste.
Transpiration, palpitations.
Troubles de la sexualité tels qu'une baisse du désir, troubles de l'érection ou l'impuissance (un problème qui peut affecter 20% des hommes de 55 ans, 30% des hommes de 65 ans et 50% des hommes de 75 ans et plus).
Perte du tissu osseux. (Les hommes peuvent perdre dans les années qui suivent 15% et plus du tissu trabéculaire, c'est-à-dire le tissu dense qui donne la force et la résistance à l'ossature. Perte du tissu musculaire pouvant se traduire par une perte moyenne de 12 à 20 livres et parfois plus.

Période à risque pour les troubles de la prostate

En ce qui concerne l'hypertrophie de la prostate (HBP), ce problème affecte :
30% des hommes de 50 ans.
50% des hommes de 60 ans.
80% des hommes de 70 ans et plus.

L'autre problème est celui du cancer de la prostate. Les spécialistes estiment que c'est un problème en voie de prendre des proportions importantes, avec le vieillissement de la population actuelle. Chaque année, 1,2 millions d'hommes à travers le monde sont diagnostiqué d'un cancer de la prostate. C'est également le type de cancer présentant la deuxième cause de décès par cancer chez l'homme. C'est le cancer le plus fréquent chez les hommes de 75 ans et plus.

Les troubles de la PROSTATE

La prostate est une glande qui fait partie du système reproducteur de l'homme. Sa fonction est de produire le fluide épais qui transporte les spermatozoïdes vers l'extérieur du corps. Cette glande qui se situe sous la vessie, entoure complètement l'urètre, ce tube qui permet de vider la vessie.

Incidences et causes des problèmes de la prostate

Comme nous l'avons mentionné, on sait que 50% des hommes souffrent de problèmes de la prostate à un moment ou à un autre de leur vie. Trois situations peuvent se présenter : la prostatite, l'hypertrophie bénigne de la prostate et le cancer de la prostate.

Ce dernier problème est évidemment le plus sérieux. Mais la prostatite (inflammation de la prostate) n'est pas à négliger puisqu'on trouve quatre fois plus de cas de cancer de la prostate chez les hommes qui souffrent de prostatite.

La prostatite et la carence en zinc

L'une des causes de l'inflammation de la prostate est la carence en zinc. Une diminution des concentrations de zinc dans le liquide prostatique favorise la prolifération microbienne et pourrait être responsable de l'inflammation de la prostate.

Une étude conduite par un chercheur de l'Université de Washington, le Dr William Fair, a montré que les Nord-Américains ne trouvent pas dans leur alimentation suffisamment de zinc.

On sait que c'est dans la prostate que se trouvent les plus fortes concentrations de zinc dans l'organisme. Lors de l'éjaculation, l'organisme perd de fortes quantités de zinc et cet important oligo-élément doit être remplacé. On trouve du zinc dans les noix, les huîtres, le germe de blé, les oignons, la mélasse, les lentilles, les graines de tournesol et de citrouille. Comme ces aliments ne sont pas fréquemment consommés, il peut être utile de prendre régulièrement un supplément de zinc.

L'alimentation et les troubles de la prostate

Comme c'est le cas dans toutes les affections, une correction de l'alimentation peut grandement aider les hommes atteints de troubles de la prostate. Il faut diminuer la consommation d'aliments riches en matières grasses (viandes, œufs, fromages, lait entier, beurre, margarine). Les huiles végétales sont cependant recommandées. Il faut aussi mettre l'accent sur la consommation de fruits, de légumes et de céréales entières.

Certaines études semblent démontrer une légère incidence d'augmentation de cancer de la prostate chez les hommes consommant de l'huile de graines de lin. On connaît la richesse de cette huile en certains Oméga-3. Même si ces études ne sont pas suffisamment concluantes, il pourrait être préférable de rechercher les Oméga-3 dans la consommation de poisson gras ou de suppléments d'huile de poissons de qualité Pour les hommes qui désireraient cependant continuer à se procurer des Oméga-3 provenant des graines de lin, il est préférable de consommer les graines de lin moulues (plutôt que sous forme d'huile), de cette façon on se procure également les bienfaits, protecteurs contre certains cancers, des lignanes présents dans ces graines.

Il faut absolument augmenter la consommation de fruits, de légumes, de céréales entières et de légumineuses (pois, fèves et lentilles).

La fève de soya, sous forme de tofu, de boisson de soya, de même que le miso et le tempeh sont particulièrement recommandés.

Le soya renferme des isoflavones dont la genistéine et la daïdzéine. Ces substances phytochimiques diminuent le risque de cancer de la prostate et empêchent la reproduction des cellules prostatiques cancéreuses. De nombreuses études reconnaissent depuis plusieurs années que les japonais qui consomment 100 fois plus d'isoflavones que la moyenne des Nord-américains, ont beaucoup moins de risques de développer un cancer de la prostate.

Il est également bon de consommer des tomates, car elles renferment du lycopène, une substance phytochimique qui fait partie du groupe des caroténoïdes. Ces caroténoïdes diminuent de 20 à 45% les risques de cancer de la prostate selon une étude qui a été publiée dans le " Journal de l'Institut National du cancer " de même que dans le " Mayo Health Clinic Letter ".

Il faut éviter les aliments fortement épicés, de même que les boissons gazeuses et l'alcool.

On connaît les vertus du thé vert, riche en anti-oxydants et dont de nombreuses études démontrent qu'il protège du cancer.

Exercice physique

Une étude réalisée en 1996 au Cooper Institute for aerobic research à Dallas, a démontré que des hommes de moins de 60 ans qui étaient dans une bonne forme cardio-respiratoire, présentaient un risque quatre fois moins grand de développer un cancer de la prostate en comparaison avec les hommes qui étaient dans une forme physique ordinaire.

L'exercice physique, en plus de lutter contre l'obésité, contribue à diminuer l'incidence du cancer de la prostate. Il faudrait consacrer 30 minutes, au moins 5 jours par semaine, à l'activité physique. Cela peut-être de la marche, la natation ou le cyclisme.

Les bains de siège

Les bains de siège sont recommandés. La température de l'eau doit se situer entre 33 et 35 degrés centigrades (91 à 95 degrés F.) Ce bain doit durer une dizaine de minutes. Il est sage de couvrir les parties du corps qui ne sont pas en contact avec l'eau pour éviter les refroidissements. Le bain de siège se prend trois fois par semaine.

Les symptômes de l'hypertrophie bénigne de la prostate

Chez l'homme de 40 ans et plus, la prostate a tendance à grossir. Ce faisant elle écrase partiellement l'urètre et empêche alors l'urine de s'écouler normalement de la vessie. Cette situation se manifeste par les symptômes suivants :

- Jet urinaire de faible force.
- Urine qui s'écoule goutte à goutte vers la fin de la miction.
- Incapacité de vider la vessie complètement.
- Envies fréquentes d'uriner.
- Sensation d'inconfort et de pesanteur dans la région du rectum et du bas ventre.
- Besoin de se lever plusieurs fois la nuit pour uriner

Suppléments alimentaires recommandés

Citrouille :
Les graines de citrouille sont riches en acides aminés. Une étude, conduite auprès de 45 hommes, a montré que les acides aminés peuvent réduire de 95% les mictions nocturnes et de 73% la fréquence des mictions en général. L'huile de citrouille est également riche en acides gras, utiles au bon fonctionnement de la prostate. On peut prendre 1 capsule d'huile de graines de citrouille à chaque repas.

Zinc :
Dans le traitement de la prostate le Zinc a démontré aider l'excrétion de testostérone et de dihydrotestostérone. Il inhibe l'activité de l'enzyme 5 alpha-reductase et par conséquent décroît la production de dihydrotestostérone, facteurs responsables de la pathologie prostatique.
Il inhibe également la sécrétion de prolactine qui réduit également la production de dihydrotestostérone. Des chercheurs ont remarqué que la partie du liquide séminal dépendant de la prostate est très riche en Zinc.
Dans une étude portant sur dix neuf patients masculins souffrant d'hyperplasie bénigne de la prostate et ayant un taux sanguin de zinc normal, on administra à ce groupe un supplément de 150 mg de Zinc durant deux mois, la dose fut ensuite réduite à 50 mg. Le niveau de zinc sanguin du groupe ne fut pas modifié, mais la concentration de zinc dans le liquide séminal augmenta significativement.
Chez quatorze des dix neuf participants, soit 74% du groupe, la prostate diminua de volume.

Prendre du Zinc sous forme de gluconate, 10 mg, 1 comprimé à chaque repas.

Lycopène:
Il s'agit d'un caroténoïde qui présente une puissante action antioxydante. Des recherches ont montré que le lycopène contribue non seulement à prévenir le cancer de la prostate, mais qu'il peut aussi traiter efficacement ce type de cancer.
On trouve principalement le lycopène dans la tomate, particulièrement dans les pâtes de tomate, les sauces et les ketchups (la cuisson de la tomate extrait et concentre le lycopène).
Ou prendre 2 capsules (de 5 mg) de suppléments par jour.

Plantes :

Deux plantes en particulier : le palmier nain et le pygéum s'avèrent efficaces pour redonner à la prostate un volume normal et faire disparaître les difficultés urinaires reliées à l'hypertrophie bénigne de cet organe.
L'herboriste Maria Treben recommande également le lamier blanc.

Ces plantes sont riches en principes actifs qui bloquent l'action d'une enzyme (5 alpha réductase) qui est impliquée dans l'augmentation du volume des tissus de la prostate. De cette façon, l'évacuation urinaire se fait beaucoup plus facilement et la vessie peut être vidée plus complètement. On observe alors une diminution des envies fréquentes d'uriner le jour et surtout la nuit, de même qu'une réduction de l'inconfort et de la sensation de pesanteur dans la région du bas-ventre.

A LIRE ÉGALEMENT SUR CE SUJET:

Le LYCOPÈNE et ses bienfaits sur la prostate

Le cancer de la prostate

 

 



A LIRE ÉGALEMENT

 

 

Accueil | Contactez nous | Publicité sur ce site
Les renseignements et opinions données dans toutes les pages de ce site web ne sont données que pour votre information. Ils ne doivent pas être substitués à un avis thérapeutique éclairé. www.masantenaturelle.com n'est aucunement responsable envers l'usager pour toute décision, action ou omission qu'il a prise en relation avec l'information contenue dans les pages de ce site web.
Une publication de Productions Santé Naturelle inc.
www.masantenaturelle.com - Tout droits réservés
Copyright© 2002-2017