EMI: une expérience de conscience bien vivante et positive

Le nombre de médecins "convertis" aux phénomènes d'expériencede mort imminente (EMI) est en constante augmentation.Le Dr Alexander, neurochirurgien, a vécu unetelle expérience et il nous explique commentnous pouvons retirer les bienfaits que procure une EMI,sans devoir frôler la mort.

 

EMI: une expérience de conscience bien vivante et positive

Ils viennent de toutes les spécialitésde la médecine, psychologues et docteur en médecine,

comme le Dr Raymond Moody,  cardiologues comme les Dr Michaël Sabom et PimVan Lommel, anesthésistes comme le Dr Jean-Jacques Charbonier, neurologues comme le Dr Alexander, et bien d'autres, la liste est de plus en plus longue.

Mais la communauté scientifique si elle est prête à accepter comme bien réel cette expérience de mort imminente, est toujours très divisée sur son interprétation. Pour de nombreux spécialistes du cerveau, la conscience serait située dans le cerveau, alors que suite à ces expériences relatées par les personnes mourantes, d'autres neurologues ou médecins, en sont venus à la conclusion que la conscience ne ferait pas partie du corps, du moins de sa partie matérielle.

Une des explications les plus souvent avancées par les scientifiques n'acceptant pas l'idée d'une conscience séparée du corps matériel, serait qu'au moment de la mort le cerveau qui lutterait pour sa survie entre dans un état d'hyper-conscience, ou soit sous l'effet de substances psychotropes qu'il produirait lui-même sous l'effet de ce stress intense.

Mais en fait ces explications ou théories tombent à plat, parce qu'elles se réfèrent à un cerveau qui serait en pleine activité, alors que de très nombreuses expériences d'EMI vécues l'ont été par des personnes qui présentaient une absence complète d'activité cérébrale, et ce durant plusieurs minutes.

Une "mort clinique" artificielle de 60 minutes

Un des cas les plus étonnants est celui d'une opération effectuée sur Pamela Reynolds, une femme de 35 ans, par le Dr Robert Spetzler un neurochirurgien mondialement reconnu et qui fut le premier à avoir développé une technique opératoire très délicate appelée arrêt circulatoire hypothermique, qui consiste à maintenir une personne en état de mort clinique pendant une heure avant de la ramener à la vie. C'est bien entendu une opération à très haut risque.
Cette opération consiste à diminuer progressivement la température du corps jusqu'à ce que s'arrête le cœur et que le sang cesse de circuler dans l'organisme. Le sang est alors retiré en partie du corps et dirigé vers une machine qui en assure l'oxygénation et continue à le refroidir. Ce processus complexe mène le patient jusqu'à un état de mort clinique qui permet aux chirurgiens de pratiquer une opération délicate dans le cerveau.

Durant toute cette procédure et toute la durée de l'opération, les médecins surveillent sur de multiples appareils tous les signes vitaux du patient. Le cœur est arrêté et l'activité cérébrale, mesurée par un équipement sophistiqué, est nulle. Il n'y a plus aucune activité cérébrale. Les appareils n'enregistrent plus aucune activité. Et pourtant ...

La patiente raconte avoir eu parfaitement conscience de tous les moments de cette opération. Elle s'est vue sortir de son corps et flotter au-dessus de la table d'opération. Elle a été en mesure de raconter au chirurgien les moindres détails de ce qui s'est fait et dit durant son opération.  Durant cette expérience elle se sentait parfaitement bien et ne souffrait plus. Elle a également vécut une expérience de type EMI. A savoir la vision d'un tunnel qui mène à une lumière éclatante et la rencontre avec un familier disparu, sa grand-mère.  A la fin de l'opération elle s'est sentie réintégrer son corps.
Le chirurgien a été stupéfait des détails retenus par sa patiente, alors que son cerveau ne manifestait plus aucune activité. Il devait déclarer n'avoir jamais rien vu de tel et qu'à ce stade des connaissances de la science, il n'y a aucune explication à cette expérience. Selon lui, on se retrouve ici devant un cas ou le niveau de conscience ne dépend plus du corps physique. Sa conclusion étant qu'il n'y a pas de preuve scientifique que cela existe, mais nous n'avons également aucune preuve que cela n'existe pas.

Un neurologue converti à la réalité des EMI

Un autre cas intéressant et plus récent est celui de ce neurologue américain, le Dr Eben Alexander. Le Dr Raymond Moody, le premier à avoir écrit sur ce sujet, et à qui nous devons le terme d'expérience de mort imminente (EMI ou NDE en anglais), écrit que l'expérience vécue par le Dr Alexander est l'histoire la plus fantastique qu'il aie entendu en 40 ans d'étude de ces phénomènes.
Le Dr Alexander, comme la plupart des scientifiques, avait toujours nié la réalité des expériences de mort imminente. Neurochirurgien formé dans les meilleures écoles, il pensait que si les EMI semblent bien réelles, elles ne seraient en fait que de simples fantasmes produits par un cerveau en situation de stress extrême.

 

Suite à une maladie très grave, une méningite bactérienne à E.coli, avec des chances de survie quasiment nulle, le Dr Alexander a été plongé dans un profond coma, la bactérie avait détruit la plus grande partie de son cerveau et il était en état de mort cérébrale, c'est à dire que son cerveau n'avait plus aucune activité. Il est pourtant revenu à la vie, au bout de 7 jours. Sa guérison est un véritable miracle médical, mais l'expérience qu'il a vécue durant ces sept jours de coma est encore plus extraordinaire.

Le Dr Alexander raconte son expérience dans le livre; La preuve du Paradis (Éditions Guy Tredaniel), voyage d'un neurochirurgien dans l'après-vie...

Ce qui est intéressant c'est que le Dr Alexander nous raconte que depuis cette expérience sa façon de voir le monde et de vivre cette vie terrestre ont complètement changé.

Revivre ces expériences volontairement sans frôler la mort

Dans son livre il écrit qu'il n'est pas nécessaire d'approcher la mort pour jeter un regard différent sur la vie, "pour voir derrière le voile".

Selon lui, nous devons tous aller profondément dans notre propre conscience, par la prière ou la méditation, pour accéder à ces vérités.
Le Dr Alexander nous dit que pour lui, la manière la plus utile, depuis son coma, a été celle développée par Robert Monroe, fondateur de l'Institut Monroe en Virginie. Un système indépendant de toute philosophie.

Robert Monroe était un producteur de radio dans les années 50. Alors qu'il faisait des recherches sur les enregistrements audio utilisés en thérapie du sommeil, il a commencé à vivre des expériences de sortie du corps. Monroe a poursuivi ses recherches et ses expériences sur plus de 40 ans. Il a fondé un système puissant permettant de faciliter l'exploration profonde de la conscience, fondé sur une technologie audio.

Ce système permet d'augmenter l'attention sélective et la performance à travers un état spécial de relaxation. Mais ce système donne également accès à des modes de perception alternatifs, dont la méditation et les états mystiques profonds.

Cette méthode repose sur la physique de la résonance et de la synchronisation des ondes cérébrales, sur leur relation avec la psychologie perceptive comportementale de la conscience, et avec la physiologie fondamentale du cerveau-esprit et de la conscience.

Elle utilise différents motifs d'ondes sonores stéréophoniques, de fréquences sensiblement différentes dans chaque oreille, pour induire une activité synchronisée des ondes cérébrales. C'est ce que l'on appelle les battements binauraux.
Selon le Dr Alexander ces battements binauraux peuvent entraîner le système réticulé activateur adjacent, qui fournit des signaux temporels réguliers au thalamus et au cortex, permettant la synchronisation des ondes cérébrales, dans une gamme de fréquences observées dans la méditation et la relaxation profonde.

Le Dr Alexander nous dit que dans sa recherche de réponses après son coma, ce système lui a potentiellement offert un moyen d'inactiver la fonction de filtre du cerveau humain en synchronisant globalement l'activité électrique de son néocortex, tout comme il l'avait vécu lors de sa méningite, afin de libérer sa conscience au-delà du corps physique. Il estime que cette technique binaurale lui a permis de retourner dans un monde similaire à celui qu'il avait visité durant son coma, mais sans devoir maintenant frôler la mort.

Ce système dont nous parle le Dr Alexander est basé sur la technique de sons binauraux tels qu'utilisés également dans la méthode du Son Primordial et de MéditaSons.

A lire également:

Que sont les battements binauraux et à quoi cela sert-il ?

Découvrir la technique des sons binauraux
La technique des sons binauraux est également utilisée depuis plusieurs années par le Psycho Center JPD, dans sa série MéditaSons et Son Primordial Synchrone.

cliquez ici

 

 

 



A LIRE ÉGALEMENT

 

 

Accueil | Contactez nous | Publicité sur ce site
Les renseignements et opinions données dans toutes les pages de ce site web ne sont données que pour votre information. Ils ne doivent pas être substitués à un avis thérapeutique éclairé. www.masantenaturelle.com n'est aucunement responsable envers l'usager pour toute décision, action ou omission qu'il a prise en relation avec l'information contenue dans les pages de ce site web.
Une publication de Productions Santé Naturelle inc.
www.masantenaturelle.com - Tout droits réservés
Copyright© 2002-2017