La spiritualité et la maladie

Des études récentes ont suggéré que les personnes possédant une profonde foi religieuse peuvent améliorer leur qualité de vie.

 

La spiritualité et la maladie

Les personnes les plus attachées à la spiritualité affrontent plus facilement les difficultés conséquentes aux maladies chroniques que les personnes n'y accordant aucune importance.

C'est la conclusion d'une recherche réalisée par l'Université Johns Hopkins et qui fut présentée à la réunion annuelle de la Société Américaine de Gériatrie.

Des études récentes ont suggéré que les personnes possédant une profonde foi religieuse peuvent améliorer leur qualité de vie. L'étude de l'Université John Hopkins avait pour objectif d'évaluer la relation entre la spiritualité, la gravité de la maladie et les sensations de bien-être ressenties par les patients atteints d'affections chroniques.

Le bien-être spirituel fait partie intégrante de la santé et du bonheur

Nombreux sont les gens qui emploient les expressions spiritualité et religion comme s'ils étaient interchangeables. Néanmoins, ces deux termes ne sont pas nécessairement synonymes, car le mot religion définit un système de croyances dont la pratique s'accomplit en groupes, alors que la spiritualité se vit de façon individuelle et autonome.

La spiritualité est une communion avec soi-même et les autres, le développement de son système de valeurs personnelles et d'une recherche du sens de la vie.

La prière et la méditation sont des moyens d'exprimer sa spiritualité. D'autres activités comme une promenade dans la nature et l'expression artistique sous une forme ou une autre, comme la musique, la peinture, l'écriture permettent également d'obtenir un apaisement spirituel.

Les croyances et les pratiques spirituelles vous permettent d'entrer en contact avec une énergie supérieure. La croyance en une énergie supérieure renforce la capacité à composer avec les aléas de la vie.

Spiritualité et prière face à la science

Les chercheurs ont examinés les données de 77 malades, atteints d'arthrite rhumatoïde et âgés de 30 ans ou plus, durant une période d'au moins deux années. La notion de spiritualité fut définie comme " la capacité pour une personne de se détacher des sensations immédiates du temps et de l'espace, pour contempler la vie d'une perspective plus ample et désintéressée ". Selon l'étude, bien que la spiritualité ne diminua pas les effets de l'arthrite, tels que la douleur ou la mobilité, les personnes plus spirituelles étaient plus propices à ressentir de la joie et semblaient jouir d'un meilleur état de santé.

Selon une des chercheurs, il serait possible de bénéficier de tels effets en pratiquant des techniques aussi accessibles que la relaxation, le yoga ou la méditation. La manière dont nous définissons la spiritualité ne doit pas nécessairement signifier une foi religieuse spécifique. Cela peut également être un sentiment d'appartenance à un groupe ou une communauté de travail, par exemple.

Une autre étude a été publiée en 1988 par un cardiologue, le Dr Randolph Byrd. Il a réparti en deux groupes 393 patients souffrant de maladies coronariennes: un groupe bénéficiait de prières, l'autre non. Le tri avait été fait de manière aléatoire, et personne ne savait à quel groupe appartenait chaque malade. Les personnes chargées de prier pour quelqu'un connaissaient seulement son prénom et la nature de son mal. Elles étaient censées penser à lui dans leurs dévotions quotidiennes, et ce jusqu'à sa sortie de l'hôpital. Aucune d'entre elles n'avait reçu de consignes particulières quant à la forme ou au contenu de leurs oraisons.

À la fin de l'expérience 10 mois plus tard, les patients pour qui on avait prié consommaient cinq fois moins d'antibiotiques que ceux du groupe témoin, étaient deux fois et demie moins sujets à une insuffisance cardiaque et présentaient moins de risques de subir un arrêt du cœur.

Le Dr William Nolen, très sceptique sur les vertus thérapeutiques de la prière et qui a publié un livre sur la question, a déclaré que "si cette étude était confirmée, nous devrions tous prescrire à nos patients de prier trois fois par jour".

Le professeur Dale Matthews, lors du congrès annuel de 1996 de l'Association américaine pour le progrès de la science, a conclu d'une analyse de 212 études qu'une pratique religieuse (en l'occurrence la prière) était bénéfique dans plus de 75% des cas. Cela touche les maladies "psychiques", du type dépression ou addiction mais aussi l'hypertension artérielle, les cardiopathies et les cancers.

Selon le professeur Benson, méditation et prières sont plus efficaces lorsqu'on a la foi. "Dans ce domaine, dit-il, la médecine est œcuménique. Toutes les religions se valent, semble-t-il. Si vous êtes catholique, récitez le " Je vous salue, Marie". Si vous êtes bouddhiste, méditez sur une pensée du Bouddha. Si vous êtes juif, psalmodiez le "Shema Israël"... Cela peut être équivalent à un médicament, les effets secondaires en moins!"

Un nouveau chemin vers la spiritualité, une communion entre le plus profond de votre être et l'énergie créatrice.

Basé sur les enseignements de la tradition et sur des recherches scientifiques modernes concernant l'influence sur les ondes cérébrales par l'utilisations de sons et de fréquences spéciales sous forme d'une puissante technique de méditation, la technique MéditaSons est l'exemple d'une technique permettant de se plonger dans un univers spirituel. Cliquez ici.

 

 



A LIRE ÉGALEMENT

 

Accueil | Contactez nous | Publicité sur ce site
Les renseignements et opinions données dans toutes les pages de ce site web ne sont données que pour votre information. Ils ne doivent pas être substitués à un avis thérapeutique éclairé. www.masantenaturelle.com n'est aucunement responsable envers l'usager pour toute décision, action ou omission qu'il a prise en relation avec l'information contenue dans les pages de ce site web.
Une publication de Productions Santé Naturelle inc.
www.masantenaturelle.com - Tout droits réservés
Copyright© 2002-2017