Le docteur Richard Béliveau et les suppléments

Plusieurs personnes m’ont mentionné leur étonnement à l’effet que le Dr Béliveau, dans son livre intitulé Les aliments contre le cancer, considère les suppléments comme étant des substances non seulement inutiles mais problématiques.

Précisons d’abord que cet ouvrage est également signé par le Dr Denis Gingras. Les docteurs Béliveau et Gingras sont deux chercheurs. Comme leur livre l’indique, ils oeuvrent dans le domaine de la prévention et du traitement du cancer. Leurs recherches semblent porter essentiellement sur les aliments.

Plus spécifiquement, ils mettent l’accent sur certaines molécules phytochimiques présentes dans les aliments. Ces molécules ne sont pas nouvelles. Elles sont connues depuis assez longtemps. Il est question notamment du curcuma (curcumine), des bleuets (delphinidine), de la fraise (acide ellagique), du thé vert (épigallocatéchine-3-gallate), des fèves de soya (génistéine), des tomates (lycopène), des raisins (resvératrol), des agrumes (limonène), de l’ail (diallyl sulfide), du chou (indole-3-carbionol) et du brocoli (sulforaphane).

Remarquons que chaque aliment possède une ou quelques molécules phytochimiques particulières, à laquelle on prête des propriétés anti-cancer spécifiques. Pourtant, dans le chapitre intitulé Les suppléments, des problèmes supplémentaires ?, il est spécifié que « les végétaux ont élaboré au moins 20 000 de ces molécules phytochimiques pour se défendre et demeurer en bonne santé… ». On ajoute que « le composé actif de l’aliment est moins bénéfique, et peut même être néfaste, lorsqu’il est administré de façon isolée, hors du contexte de l’aliment entier. »

Cette dernière affirmation m’apparaît essentiellement gratuite. Par exemple, quelle étude a montré que le lycopène, pris isolément sous forme de supplément, est néfaste ? On trouve sur le marché des suppléments de lycopène naturel, extrait de la tomate. On trouve aussi, sous forme de supplément du bêta-carotène naturel, tiré de la plante marine Dunaliella salina. Cette plante est également une source d’alpha-carotène, de cryptoxantine, de zéaxanthine et de lutéine. En quoi ces molécules naturelles, prises isolément, sont-elles néfastes ? Qui a démontré leur danger ?

Dans ce chapitre intitulé Les suppléments, des problèmes supplémentaires ?, on présente les suppléments comme des « comprimés synthétiques ». Ici encore, il y a une grave méconnaissance de la nature des suppléments. Bien que certains puissent être de source synthétique, beaucoup sont de source naturelle. Ceux mentionnés au paragraphe précédent et beaucoup d’autres encore ne sont pas synthétiques. Ils renferment des molécules telles qu’on les trouve dans les aliments.

De plus, en ce qui concerne les molécules anti-cancer, il faut réaliser que certaines sont utiles lorsqu’elles sont fournies à l’organisme dans des quantités supérieures à ce que les aliments peuvent nous apporter. C’est le cas notamment de la vitamine E naturelle (d-alpha tocophérol). Des études ont en effet montré l’utilité de cette vitamine dans la réduction du risque de cancer du col de l’utérus, de l’estomac et de la peau.

La même situation existe dans le cas de la vitamine C, prise à des quantités supérieures à celles apportées par l’alimentation. On peut en dire autant aussi du sélénium, du zinc et de plusieurs autres nutriments.

Ne pas reconnaître la valeur des suppléments dans la prévention et le traitement du cancer constitue une sérieuse lacune. Invoquer des propos gratuits pour dénigrer les suppléments montre une attitude plus déplorable encore. Certains individus font preuve d’une telle étroitesse d’esprit qu’ils sont absolument incapables de reconnaître le moindre mérite aux suppléments.

Ces mêmes individus sont d’ailleurs incapables d’admettre que les végétaux qui renferment des pesticides résiduels ou d’autres contaminants, peuvent être nocifs pour la santé. Ils sont incapables aussi de reconnaître que les aliments biologiques sont supérieurs aux aliments ordinaires. De plus, ils considèrent comme étant un mythe le fait que les organismes génétiquement modifiés (OGM) sont nocifs pour la santé. De telles positions sont celles prises par les docteurs Béliveau et Gingras dans leur livre Les aliments contre le cancer.

 

Tous les articles

 

Envoyer cette page à un ami





 


 

 


 




Accueil | Contactez nous | Publicité sur ce site
Les renseignements et opinions données dans toutes les pages de ce site web ne sont données que pour votre information. Ils ne doivent pas être substitués à un avis thérapeutique éclairé. www.masantenaturelle.com n'est aucunement responsable envers l'usager pour toute décision, action ou omission qu'il a prise en relation avec l'information contenue dans les pages de ce site web.
Une publication de Productions Santé Naturelle Inc.
www.masantenaturelle.com
Copyright© 2002-2017