La médecine est toujours impuissante dans la guerre qu’elle mène au cancer!

Telle est la constatation que faisait, en 2006, le Dr Harold Varmus, lauréat du prix Nobel de médecine et ex-directeur des National Health Institutes des Etats-Unis. Le Dr Varmus affirmait que « malgré d’importantes dépenses fédérales et privées dans la recherche sur le cancer et nombre de découvertes depuis dix ans sur ses mécanismes génétiques et biochimiques, la médecine moderne exerce au mieux un contrôle minimum par rapport aux autres grandes maladies. »

Le Dr Varmus ajoutait : « En fait, dans l’absolu, le taux de mortalité dû au cancer est quasiment inchangé au XXI siècle, par rapport à ce qu’il était il y a 50 ans, alors qu’il a chuté de près de 70% pour l’ensemble des maladies cardiaques, cérébrovasculaires et infectieuses sur la même période. »

Il est donc permis d’affirmer que l’on ne fait pas de progrès réels dans la guerre que nous menons au cancer. Malgré qu’on invoque, lors de certaines campagnes publicitaires, de prodigieuses percées de la médecine, les faits montrent clairement que les progrès sont pratiquement nulles dans le domaine du cancer.

Le Dr Varmus et certains de ses confrères réalisent de plus en plus clairement qu’un changement d’attitude s’impose pour corriger cette situation. Il s’est dit d’avis que de véritables progrès ne pourront être accomplis sans un changement profond de culture pour insuffler un esprit de plus grande collaboration entre chercheurs, médecins, laboratoires pharmaceutiques et les autorités de réglementation.

Pour le Dr Majid Ezzati, de l’Université Harvard, il faudra aller un peu plus loin que le changement de culture et la collaboration à laquelle fait allusion le Dr Varmus. En fait, «pour gagner la guerre contre le cancer nous ne devons pas seulement nous concentrer sur les avancées biomédicales mais aussi sur les technologies et politiques qui modifient les comportements et l’environnement qui en sont responsables»

Voilà une pensée qui rejoint bien l’approche HYGIONOMISTE® mise de l’avant par les membres du Collège des Naturopathes du Québec et les membres praticiens de la Société ÉducoSanté. C’est essentiellement vers la prévention qu’il faut se tourner pour gagner la guerre contre le cancer. Plus précisément, il faut faire comprendre à la population la nécessité d’adopter de meilleures habitudes de vie.

Certains changements qu’il faut faire dans nos habitudes de vie sont déjà assez bien connus. La revue médicale The Lancet a identifié, en 2005, neuf risques modifiables qui sont la cause de plus d’un tiers des décès par cancers dans le monde. Parmi ces risques, il faut mentionner le tabac, l’alcool, l’excès de poids, l’inactivité physique, la faible consommation de fruits et de légumes, la pollution de l’air urbain et les relations sexuelles non-protégées.

Dès l’instant oû la population deviendra consciente du fait que nos habitudes de vie peuvent diminuer d’une façon significative l’incidence du cancer, des pressions seront faites pour que nos connaissances dans ce domaine soient davantage approfondies. On pourra alors rechercher systématiquement et concrètement toutes les mesures à adopter, en rapport avec le mode de vie, pour vaincre le cancer.

Dans ces conditions, de véritables progrès pourront être réalisés. Au lieu de tourner en rond comme on le fait actuellement dans notre lutte contre le cancer, nous pourrons vaincre ce dernier dans une large mesure. Mais si nous ne prenons pas ce tournant essentiel, le cancer continuera d’être une source souffrance atroce et inutile, en même temps qu’un important facteur qui limite l’accroissement de la longévité.

Maintenant que l’élite médicale, représentée notamment par les Dr Varmus et Ezzati et appuyée par la revue scientifique The Lancet, est d’accord avec les naturopathes pour reconnaître que la guerre contre le cancer peut être gagnée par des modifications dans les comportements des individus, il faut trouver le moyen de mettre ces connaissances en pratique.

Dans le cas des personnes qui suivent sérieusement les recommandations naturopathiques depuis longtemps, une bonne partie du travail est déjà réalisée. Mais ces personnes ne sont pas encore suffisamment nombreuses pour qu’on puisse statistiquement observer une diminution dans l’incidence du cancer. L’adoption de saines habitudes de vie doit donc se réaliser sur une échelle beaucoup plus grande pour en constater les bienfaits. La collaboration de tous sera donc requise pour en arriver à vaincre le cancer.

 

Tous les articles

 

Envoyer cette page à un ami





 


 

 


 



L'Institut de formation naturopathique, dirigé par Guy Bohémier, N.D., Ph.D., offre un cours qualitatif de naturopathie, basé sur l'approche HYGIONOMISTE ® et permettant d'accéder á l'Association Internationale de Naturopathie Hygionomiste.

En savoir plus


Accueil | Contactez nous | Publicité sur ce site
Les renseignements et opinions données dans toutes les pages de ce site web ne sont données que pour votre information. Ils ne doivent pas être substitués à un avis thérapeutique éclairé. www.masantenaturelle.com n'est aucunement responsable envers l'usager pour toute décision, action ou omission qu'il a prise en relation avec l'information contenue dans les pages de ce site web.
Une publication de Productions Santé Naturelle Inc.
www.masantenaturelle.com
Copyright© 2002-2016