Les transmutations biologiques

À la fin des années 1950, un biologiste français, C. Louis Kervran (1901-1983), découvre une nouvelle propriété à la matière vivante. Celle-ci permet des transmutations à faible dégagement d'énergie. Ces phénomènes n'ont rien à voir avec ce qui se passe en physique nucléaire classique. Ce sont des enzymes qui activeraient ces transmutations biologiques. Ces dernières se réalisent selon des règles précises.

À la fin du XVIII e siècle, Lavoisier, un des créateurs de la chimie moderne, enseignait que rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. La théorie de Kervran sur les transmutations biologiques ne nie pas ces principes. Elle va au-delà de ce que Lavoisier concevait en affirmant qu'un élément simple peut se combiner à un autre élément simple et devenir un troisième élément simple. On parle ici d'un ajout, mais les transmutations biologiques peuvent aussi se produire à partir d'une extraction. On peut enlever à un élément simple les particules d'un autre élément simple et ainsi obtenir un troisième élément simple.

Règles des transmutations biologiques

Pour comprendre les transmutations biologiques, il faut en expliquer le fonctionnement.. Les transmutations répondent à des règles précises, énoncées par Kervran. Ces règles sont faciles à comprendre. On en compte cinq.

  1. Les transmutations biologiques se font avec équilibre exact des masses atomiques.
  2. Elles se font aussi avec équilibre du nombre des électrons.
  3. Elles impliquent des déplacements (en plus ou en moins) de l'hydrogène (H), de l'oxygène (O), du carbone (C) ou du lithium (Li).
  4. Elles se font à partir d'éléments naturels stables pour aboutir à d'autres éléments naturels stables.
  5. Elles se réalisent à faible énergie et impliquent la présence d'enzymes spécifiques.

Reprenons ces règles une à une pour fournir une explication plus nette. La première règle implique les masses atomiques. On sait que chaque élément a sa propre masse atomique. L'hydrogène qui est le premier élément, a 1,0079 comme masse atomique. Le calcium qui est le 20 ième élément, a 40,078 comme masse atomique. Dans le tableau périodique des éléments, les masses atomiques sont indiquées. Pour qu'une transmutation biologique puisse se réaliser, il faut que les masses atomiques s'équilibrent.

Exemple : Si (28) = C (12) + O (16)

La deuxième règle porte sur le nombre des électrons. Ce nombre correspond dans le tableau périodique des éléments à leur rang. L'hydrogène qui est le premier élément, a donc un électron qui circule autour de son noyau. Le deuxième élément est l'hélium (He). Il a donc deux électrons qui circulent autour de son noyau. Le calcium est le vingtième élément. Il a donc vingt électrons qui circulent autour de son noyau. Pour qu'une transmutation biologique puisse se réaliser, il faut un équilibre exact du nombre des électrons.

Exemple : Si (14) = C (6) + O (8)

La troisième règle dit qu'une réaction de transmutation biologique doit nécessairement impliquer au moins des déplacements (en plus ou en moins) de l'hydrogène (H), de l'oxygène (O), du carbone (C) ou du lithium (Li). Dans les deux exemples donnés plus haut, la transmutation serait possible puisque au moins un de ces éléments y est impliqué.

La quatrième règle porte sur les éléments naturels stables. Le silicium, le carbone et l'oxygène impliqués dans nos exemples ne sont pas des isotopes instables, mais des éléments stables. Les isotopes instables ne permettent pas de réaliser une transmutation biologique.

Exemple : Si (28) + H (1) = P (29)

Cette transmutation n'est pas possible puisque la masse atomique du phosphore (P) est de 31 et non pas de 29. On obtiendrait ainsi un isotope instable du phosphore, ce qui nie la quatrième règle.

La cinquième règle suppose l'existence d'une enzyme spécifique pour réaliser la réaction. Si cette enzyme n'est pas présente, la transmutation ne se produira pas, même si les quatre autres conditions précédentes sont réunies.

Grandes possibilités de la matière vivante

Les transmutations biologiques se produisent au sein de la matière vivante. Elles peuvent donc se réaliser chez l'être humain, chez les animaux, chez plantes et chez les microorganismes. Elles permettent à la matière vivante de s'auto-équilibrer en matière de minéraux et d'oligo-éléments. La matière vivante peut ainsi se " fabriquer " les minéraux qui pourraient lui manquer en utilisant d'autres minéraux qu'elle possède en surplus. Cette possibilité est fantastique. À la lumière des travaux de Kervran, on ne peut plus considérer les carences minéralogiques de la façon conventionnelle.

Les phénomènes aberrants

La théorie de Kervran sur les transmutations biologiques a permis d'expliquer un grand nombre de phénomènes dits aberrants. Par exemple, on sait depuis très longtemps que la prêle est une plante qui favorise grandement la recalcification. Les Romains l'utilisaient pour traiter les fractures osseuses. Or la prêle ne contient pratiquement pas de calcium. Elle est cependant très riche en silicium organique. C'est ce silicium qui est transformé en calcium dans l'organisme, comme Kervran l'a démontré. La réaction est la suivante :

Si + C = Ca

Personne ne pouvait expliquer pourquoi la prêle est recalcifiante. Avec la théorie de Kervran, l'explication est fournie. Ce phénomène n'est donc plus considéré comme étant aberrant!

Kervran a également pu expliquer pourquoi la pratique de la jachère redonne aux sols leur richesse minéralogique. Il a expliqué aussi pourquoi on voit des paquerettes apparaître sur des gazons dont le sol est plus ou moins épuisé en calcium. Or les paquerettes sont riches en chaux (carbonate de calcium). D'où tirent-elles ce calcium?

Pas du sol puisqu'il en contient très peu lorsque les paquerettes apparaissent. Ces plantes transmutent donc un autre élément en calcium.

Kervran a également apporté une solution aux maladies de la pierre. On savait que divers monuments, faits de pierres siliceuses, se détériorent en formant une couche de gyspe (sulfate de calcium) qui finit pas éclater en surface. Ceci déforme la pierre des monuments. Kervran supposera que des moisissures (microorganismes) utilisent le silicium des pierres pour le transmuter en calcium. En tuant, à l'aide d'acides, ces microorganismes (algues microscopiques, bactéries, etc), on stoppe le processus de dégradation de la pierre. On peut dire que Kervran a trouvé le remède à la maladie de la pierre.

Le domaine de la nutrition humaine

Les travaux de Kervran permettent d'entrevoir d'énormes possibilités en matière de nutrition humaine. Il est certes important d'apporter à l'organisme une bonne variété d'aliments pour échapper aux carences minéralogiques. Mais il faut savoir aussi que l'organisme fait très probablement largement appel aux transmutations biologiques pour aller chercher les minéraux et oligo-éléments dont il pourrait avoir besoin. On peut supposer que l'organisme dispose d'un bon nombre d'enzymes capables de réaliser des transmutations biologiques et qu'il ne s'en prive pas.

Un domaine encore trop peu exploré

À l'époque où le Pr C. Louis Kervran était encore vivant, sa théorie des transmutations biologiques n'a pas nécessairement fait l'objet d'une acceptation universelle. Il a été contesté, sans qu'on démontre pour autant qu'il était dans l'erreur. Ceux qui le contestaient, se contentaient de l'injurier. Mais Kervran a surtout fait l'objet d'une politique du silence. On l'a, en fait, tout simplement ignoré dans de nombreux milieux.

Kervran a cependant trouvé un oreille attentive dans les milieux naturistes et naturopathiques. Il a publié plusieurs articles dans des revues de santé. Aujourd'hui, on parle très peu de Kervran. Ses ouvrages sont épuisés, bien qu'on puisse en trouver certains sur Internet. On peut aussi trouver sur Internet plusieurs documents sur les travaux de Kervran. En consultant ces documents, on peut découvrir les mérites de ce chercheur exceptionnel.

 

Tous les articles

 

Envoyer cette page à un ami





 


 

 


 



L'Institut de formation naturopathique, dirigé par Guy Bohémier, N.D., Ph.D., offre un cours qualitatif de naturopathie, basé sur l'approche HYGIONOMISTE ® et permettant d'accéder á l'Association Internationale de Naturopathie Hygionomiste.

En savoir plus


Accueil | Contactez nous | Publicité sur ce site
Les renseignements et opinions données dans toutes les pages de ce site web ne sont données que pour votre information. Ils ne doivent pas être substitués à un avis thérapeutique éclairé. www.masantenaturelle.com n'est aucunement responsable envers l'usager pour toute décision, action ou omission qu'il a prise en relation avec l'information contenue dans les pages de ce site web.
Une publication de Productions Santé Naturelle Inc.
www.masantenaturelle.com
Copyright© 2002-2017