Des chercheurs découvrent comment la vitamine D agit contre la tuberculose

 

Des chercheurs découvrent comment la vitamine D agit contre la tuberculose

Une nouvelle étude explique comment la vitamine D peut être une arme puissante contre la tuberculose.

Ce résultat va justifier le démarrage d'essais cliniques pour tester si la supplémentation en vitamine D peut aider à lutter contre la tuberculose chez les populations à risque.

Une action de la vitamine sur le système immunitaire était suspectée par les chercheurs mais cela restait flou dans le détail. Dans leur étude, Robert Modlin et ses collègues montrent que la vitamine D permet aux deux bras de la réponse immunitaire, l'innée et l'acquise, de se coordonner contre le bacille de la tuberculose.

Les cellules de la réponse immunitaire innée sont les premières lignes de défense de l'organisme contre les pathogènes, les pions déjà en place pour se mobiliser aux premiers signes d'une infection. Les cellules de la réponse immunitaire acquise, au contraire, développent une réponse spécifique de l'agresseur et le corps a besoin de plus de temps pour la mettre en œuvre. Les chercheurs ont trouvé que la vitamine D poussait les lymphocytes T de la réponse acquise à libérer une molécule appelée interféron gamma (IFN-g) qui active à son tour des cellules de la réponse innée, les macrophages, pour qu'ils s'attaquent à la bactérie responsable de la maladie. Les macrophages produisent alors un peptide antimicrobien appelé cathelicidin. Ce processus demande une certaine quantité de vitamine D et tout le monde n'en a pas assez.

Les populations à la peau sombre, par exemple, ont plus souvent un déficit en vitamine D et les Américains d'origine africaine sont ainsi plus susceptibles de développer la tuberculose et peut-être aussi d'autres maladies infectieuses. C'est en comparant des Américains d'origine africaine et caucasienne que l'équipe a découvert que seuls les seconds ayant assez de vitamine D produisaient la cathelicidin en réponse à l'IFN-g. Ceci suggère que l'effet antituberculeux de la vitamine D passe par les réponses immunitaires innée et acquise.

II est reconnu maintenant que la carence en vitamine D constitue une pandémie affectant les pays nordiques, l'enjeu de la connaissance scientifique sur cette question est donc crucial pour la santé publique.

L'ensoleillement est bien entendu la manière qui doit être privilégiée, mais pour des raisons très variées et notamment de localisation géographique et de saison, c'est devenu très difficile pour la grande majorité des personnes habitant au nord ou au sud de l'équateur.

Dans les aliments, à de très rares exceptions seul le saumon sauvage de l'Alaska est une source intéressante de vitamine D, mais encore insuffisante à moins de consommer ce poisson sur une base quotidienne.

Les suppléments de vitamine D sont la seule alternative valable à l'ensoleillement. S'assurer qu'il s'agit bien de vitamine D3 (cholécalciférol).

La vitamine D3 liquide est de loin supérieure aux comprimés.

Ne pas consommer de vitamine D3 avec un supplément de calcium, sauf sous supervision de votre médecin.

Comment diagnostiquer une carence en vitamine D? Le petit truc du Dr Michael Holick Ph.D. M.D. Un test élaboré par le Dr James E. Dowd M.D.. Comment calculer les besoins quotidiens et quels sont les symptômes d'une carence ou d'une éventuelle intoxication à la vitamine D.
A lire dans notre section des "Amis" Cliquez ici

 

 


Accueil | Contactez nous | Publicité sur ce site
Les renseignements et opinions données dans toutes les pages de ce site web ne sont données que pour votre information. Ils ne doivent pas être substitués à un avis thérapeutique éclairé. www.masantenaturelle.com n'est aucunement responsable envers l'usager pour toute décision, action ou omission qu'il a prise en relation avec l'information contenue dans les pages de ce site web.
Une publication de Productions Santé Naturelle Inc.
www.masantenaturelle.com
Copyright© 2002-2017