Une seule demi-cuillère à soupe d'huile d'olive par jour favorise la santé du coeur

L'olive est riche en composés aux propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires.

 

Par La rédaction Avec Harvard Medical School

 

Mise à jour le 14/04/2021 | Publié le 14/04/2021

 

Une seule demi-cuillère à soupe d'huile d'olive par jour favorise la santé du coeur

L'Université Harvard estime que la consommation quotidienne d'une demi-cuillère à soupe permettrait de réduire significativement les maladies cardiovasculaires. Cette affirmation est basée sur les résultats d'études publiées dans le numéro d'avril 2020 du Journal of the American College of Cardiology.

 

La plupart des preuves soutenant l'huile d'olive en tant que graisse saine pour le cœur proviennent de personnes vivant dans les pays méditerranéens, où les olives sont abondantes. Par rapport aux pays méditerranéens, les Américains ne consomment pas beaucoup d'huile d'olive. Mais ceux qui introduisent un peu d'huile d'olive pour remplacer des graisses moins saines semblent réduire leur risque de maladie cardiaque.

Les chercheurs se sont appuyés sur les données sur la santé et l'alimentation de près de 93 000 adultes dans deux études commençant en 1990. Au cours des 24 années suivantes, il y avait près de 10 000 cas de maladie cardiaque dans le groupe. Après avoir ajusté les autres habitudes alimentaires, l'âge et d'autres risques cardiaques, les chercheurs ont constaté que les personnes qui consommaient au moins une demi-cuillère à soupe d'huile d'olive par jour avaient un risque de maladie cardiaque 14% inférieur par rapport aux personnes qui n'utilisaient pas d’huile d'olive.

Comme le notent les auteurs, il est possible qu'un des avantages est que les gens utilisaient de l'huile d'olive à la place de graisses moins saines, telles que le beurre, la mayonnaise et la margarine.

D'autres études rapportent que le régime méditerranéen, dans lequel l'huile d'olive est la principale source de graisse, est associé à une faible mortalité par maladie cardiovasculaire. Les données concernant la consommation d'huile d'olive et les principaux critères d'évaluation des maladies cardiovasculaires sont rares. Cependant, il existe un vaste corpus de connaissances fournissant des preuves des avantages de la consommation d'huile d'olive sur les paramètres secondaires de la maladie.

Outre les avantages classiques sur le profil lipidique apporté par la consommation d'huile d'olive par rapport à celui des graisses saturées, un large spectre d'avantages sur les facteurs de risque cardiovasculaire est en train d'émerger associé à la consommation d'huile d'olive.

La consommation d'huile d'olive extra-vierge est également associée à un risque cardiovasculaire réduit. Selon les chercheurs, un composé phénolique de l'huile d'olive, l'oléocanthal, possède des propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires.

La consommation d'huile d'olive extra-vierge, avec une concentration élevée en oléocanthal, a eu des effets bénéfiques sur les paramètres métaboliques, les cytokines inflammatoires et la distribution de la graisse abdominale chez les sujets atteints du syndrome métabolique et de stéatose hépatique, une catégorie de patients à haut risque cardiométabolique, avec une diminution concomitante du rapport épaisseur de la couche de graisse viscérale.

 

Conclusion:

Il semble ne faire aucun doute que la consommation quotidienne d'huile d'olive extra-vierge de qualité présente des avantages pour la santé cardiovasculaire et protège également de nombreux autres troubles de santé. L'important est de consommer chaque jour au moins une demi-cuillère à soupe. Dans la diète méditerranéenne, on en consomme facilement d’une à deux par jour, en plus de consommer d'autres types de gras, provenant des noix et poissons.

 

A LIRE ÉGALEMENT

L’huile d’olive : bienfaits pour le coeur et pour calmer les douleurs!

 

Références:

Just a half-tablespoon of olive oil a day may help the heart

L'huile d'olive et la santé cardiovasculaire

Daily Use of Extra Virgin Olive Oil with High Oleocanthal Concentration Reduced Body Weight, Waist Circumference, Alanine Transaminase, Inflammatory Cytokines and Hepatic Steatosis in Subjects with the Metabolic Syndrome: A 2-Month Intervention Study

 

 

Envoyez à un amiEnvoyer à un ami

 


A LIRE ÉGALEMENT