Un masque à base de ce tissu, facilement accessible, contient un élément naturel qui tue les bactéries et virus

Les avantages de la soie pour la fabrication de masques de protection, selon une étude de l'Université de Cincinnati

 

Par La rédaction

 

Mise à jour le 05/10/2020 | Publié le 05/10/2020

 

Un masque à base de ce tissu, facilement accessible, contient un élément naturel qui tue les bactéries et virus

Des chercheurs de l'Université de Cincinnati ont découvert les avantages de la soie pour la fabrication de masques après avoir testé un certain nombre de tissus ménagers courants.

Suite à ces recherches, ils rapportent que la soie contient des propriétés antimicrobiennes, antibactériennes et antivirales naturelles qui pourraient aider à créer une barrière contre le virus. Ils ont constaté que les masques en soie sont confortables, permettent de respirer facilement et repoussent l'humidité, un facteur clé dans la lutte contre un agent pathogène en suspension dans l'air.

La soie contient également du cuivre, qui peut tuer les bactéries et les virus au contact, selon le chef de l'étude Patrick Guerra, Ph.D., professeur adjoint de biologie.

Contrairement au coton, la soie permet de respirer confortablement et sèche très vite, a déclaré le Dr Guerra. Son équipe a également testé le coton et le polyester ainsi que plusieurs types de soie pour voir à quel point chacun repousse l'eau, ce qui représente des gouttelettes respiratoires contenant le virus.

Ils ont constaté que les masques en soie fonctionnaient bien mieux comme barrière contre l'humidité que ceux en polyester ou en coton, qui absorbent rapidement les gouttelettes d'eau, et que plus il y avait de couches de soie, mieux c'était. Un autre avantage est que la soie est lavable.

 

Référence:

 

Patrick A. Guerra et al. “A laboratory-based study examining the properties of silk fabric to evaluate its potential as a protective barrier for personal protective equipment and as a functional material for face coverings during the COVID-19 pandemic.” PLOS ONE.

 

 

Envoyez à un amiEnvoyer à un ami

 


A LIRE ÉGALEMENT