Un composé présent dans le lait maternel et l'huile de coco combat les bactéries nocives

Le monolaurate de glycérol, également appelé monolaurine est un composé chimique formé à partir de l'acide laurique, présent dans le lait de coco et le lait maternel.

 

Par La Rédaction Avec Nature Scientific Reports

 

Mise à jour le 18/10/2019 | Publié le 18/10/2019

Un composé présent dans le lait maternel et l'huile de coco combat les bactéries nocives

Lors de travaux destinés à améliorer la qualité du lait commercial maternisé, des chercheurs du National Jewish Health et de l'Université de l'Iowa ont identifié un composé dans le lait maternel humain qui combat les infections causées par des bactéries nocives tout en permettant aux bactéries bénéfiques de se développer.

Cette étude confirme les résultats d'autres études sur les propriétés antibactériennes de ce composé, de glycérol et d'acide laurique, que l'on retrouve uniquement dans le lait maternel et la noix de coco.

Lors de cette recherche, sur la composition en nutriments du lait de vache par rapport au lait maternel, les chercheurs ont relevé que le lait maternel humain contient plus de 200 fois la quantité de monolaurate de glycérol (GML) par rapport au lait de vache. Le monolaurate de glycérol, identifié comme GML, est un mono-ester formé à partir de glycérol et d'acide laurique. La noix de coco contient également 50% d'acide laurique.

Les préparations pour nourrissons n'en contiennent pas du tout. Des recherches futures détermineront si le GML pourrait être un additif bénéfique au lait de vache et aux préparations pour nourrissons.

"Nos résultats démontrent que les niveaux élevés de GML sont uniques au lait maternel humain et inhibent fortement la croissance des bactéries pathogènes", a déclaré Donald Leung, MD, PhD, professeur de pédiatrie à la National Jewish Health et auteur principal dans un article de Scientific Reports.

« Bien que les antibiotiques peuvent combattre les infections bactériennes chez les nourrissons, ils tuent sans distinction les bactéries bénéfiques avec les pathogènes«, a déclaré Patrick Schlievert, PhD, professeur de microbiologie et d' immunologie à l'Université de l'Iowa Carver College of Medicine. "Le GML est beaucoup plus sélectif, combattant uniquement les bactéries pathogènes tout en permettant aux espèces bénéfiques de se développer. Nous pensons que le GML est très prometteur en tant qu’additif potentiel au lait de vache et aux préparations pour nourrissons."

Après avoir déterminé que le lait maternel humain contenait des niveaux de GML beaucoup plus élevés que le lait de vache, les chercheurs ont montré que le lait maternel humain inhibait la croissance de la bactérie pathogène Staphylococcus aureus, Bacillus subtilis et Clostridium perfringens, alors que ni le lait de vache ni le lait commercial de substitut (maternisé) n'avaient aucun effet. Le lait maternel humain n'a pas inhibé la croissance de la bactérie bénéfique Enterococcus faecilis. Les bébés nourris au lait maternel humain présentent des taux élevés d'espèces bactériennes bénéfiques pour les bifidobactéries, les lactobacilles et les entérocoques.

Lorsque les chercheurs retirent le GML du lait maternel humain, celui-ci perd son activité antimicrobienne contre S. aureus. Lorsqu'ils ont ajouté du GML au lait de vache, il est devenu antimicrobien.

Les chercheurs ont également montré que le GML inhibe l'inflammation des cellules épithéliales, qui tapissent l'intestin et d'autres surfaces muqueuses. L'inflammation peut endommager les cellules épithéliales et contribuer à la susceptibilité aux infections bactériennes et virales.

 

En savoir plus sur la monolaurine

Le monolaurate de glycérol (GML), appelé également monolaurine, est un mono-ester formé à partir de glycérol et d'acide laurique.

L'acide laurique, un acide gras à chaînes moyennes (TCM), peut être ingéré par la consommation d'huile de coco qui en contient près de 50%, il est convertit dans l'organisme en monolaurine. L'huile de coco, la crème de noix de coco, la noix de coco râpée et d'autres produits sont d'excellentes sources d'acide laurique et, par conséquent, de monolaurine. On peut également consommer la monolaurine sous forme de capsules de supplément ou complément alimentaire.

 

De nombreuses études attribuent à la monolaurine des propriétés antibactériennes, antivirales et antimicrobiennes in vitro, elle a également été étudiée pour inactiver de nombreux virus et autres agents pathogènes.

 

Les Drs. Schlievert et Leung ont déposé un brevet pour l'utilisation du GML en tant qu'additif bénéfique dans le lait de vache et les préparations pour nourrissons. Cependant la conclusion logique de cette étude est qu'il est bien démontré que l'allaitement maternel est ce qu'il y a de mieux pour le bébé.

 

Concernant l'alimentation de l'adulte, on peut également déduire de cette étude, qui démontre l'activité antibactérienne du monolaurate de glycérol (GML), que la consommation d'huile de coco, qui contient une forte proportion d'acide laurique transformé en GML dans l'organisme, peut contribuer à maintenir un microbiote intestinal équilibré en luttant contre les "mauvaises" bactéries.

 

En savoir plus sur l'huile de coco:

La noix de coco, un aliment santé à redécouvrir

 

Références:

Glycerol Monolaurate Contributes to the Antimicrobial and Anti-inflammatory Activity of Human Milk

Wikipedia: Monolaurine

A Review of Monolaurin and Lauric Acid: Natural Virucidal and Bactericidal

Inhibitory activity of monoacylglycerols on biofilm formation in Aeromonas hydrophila, Streptococcus mutans, Xanthomonas oryzae, and Yersinia enterocolitica

 

 

Envoyez à un amiEnvoyer à un ami

 


A LIRE ÉGALEMENT