[ Fermer X ]

Les conseils des meilleurs experts

GRATUITEMENT

Inscrivez-vous à notre lettre d'information et recevez ce guide en cadeau

Vous pouvez annuler votre abonnement automatiquement à tout moment.

 

Une molécule présente dans certaines plantes et huiles essentielles améliore la cicatrisation des plaies

Les chercheurs ont découvert qu'un composé chimique présent dans les huiles essentielles de certaines plantes améliore le processus de guérison chez la souris lorsqu'il est appliqué localement sur une plaie cutanée.

 

Par La rédaction Avec Indiana University

 

Mise à jour le 13/02/2020 | Publié le 12/02/2020

Une molécule présente dans certaines huiles essentielles améliore la cicatrisation des plaies

Des chercheurs ont découvert qu'un composé chimique présent dans certaines huiles essentielles améliore le processus de guérison chez la souris lorsqu'il est appliqué par voie topique sur une plaie cutanée.

Selon les scientifiques de l'Université de l'Indiana, le bêta-carophyllène, une molécule de la famille des sesquiterpènes que l'on retrouve dans plusieurs plantes et notamment dans le cannabis, et les huiles essentielles de lavande (1,8-3%), romarin (0,1-5%), ylang-ylang (3-10%), entre autres, favorise la cicatrisation des plaies du tissu cutané par une croissance et migration cellulaire accrue.

Le contenu en bêta-carophyllène dans les huiles essentielles peut varier de manière significative dans une même famille de plantes, selon le lieu de production qui détermine son chémotype.

L'étude a démontré que les plaies cutanées de souris traitées avec du bêta-caryophyllène, sous forme d'extrait concentré (50 mg / kg pc, dilué avec de l'huile d'olive et un groupe contrôle avec l'huile d'olive seule, ont amélioré la ré-épithélialisation (régénération de l'épithélium). Le tissu traité a montré une prolifération cellulaire accrue et les cellules traitées avec du bêta-caryophyllène ont montré une migration cellulaire accrue.

Ils ont également observé une augmentation de l'expression génique des cellules souches du follicule pileux dans les tissus traités. Les scientifiques n'ont trouvé aucune implication du système olfactif dans la cicatrisation des plaies.

Leur recherche a été publiée le 16 décembre dans la revue scientifique PLOS ONE.

«Il s'agit de la première découverte au niveau des composés chimiques montrant une amélioration de la cicatrisation des plaies en plus des changements dans l'expression des gènes dans la peau», a déclaré Sachiko Koyama, auteur de l'étude qui était associé scientifique à l'École de médecine de l'Université de l'Indiana et est actuellement chercheur invité au Département de biologie du Collège des arts et des sciences de l'Université de l'Indiana.

"La façon dont l'expression des gènes a changé suggère également non seulement une amélioration de la cicatrisation des plaies, mais également la possibilité d'une formation de cicatrices moindre et d'une récupération plus complète. C'est un exemple que les huiles essentielles fonctionnent; cependant, ce n'est pas par notre sens de l'odorat."

Koyama, dont le domaine d'étude d'origine est les phéromones, a déclaré qu'elle n'était pas intéressée par les huiles essentielles au début. Le projet a commencé lorsqu'elle a vu plusieurs étudiants étudier le processus de guérison des plaies chez la souris dans le cadre du programme des sciences médicales de la IU School of Medicine-Bloomington. Ayant précédemment travaillé au Département des sciences psychologiques et cérébrales du Collège des arts et des sciences de l'Université de l'Indiana, où les scientifiques travaillent avec des récepteurs aux cannabinoïdes, Koyama savait que le bêta-caryophyllène active non seulement les récepteurs olfactifs, mais aussi le récepteur 2 des cannabinoïdes (CB2), qui a impact inflammatoire lorsqu'il est activé.

"Dans le processus de cicatrisation des plaies, il y a plusieurs étapes, à partir de la phase inflammatoire, suivie de la prolifération cellulaire et du remodelage", a-t-elle expliqué. Je pensais que la cicatrisation des plaies serait accélérée si l'inflammation était supprimée, stimulant un passage plus précoce du stade inflammatoire au stade suivant.".

Cela a accéléré le processus de cicatrisation des plaies, a-t-elle déclaré, mais le changement résultant de l'expression des gènes indique que l'amélioration de la cicatrisation n'est pas simplement obtenue par l'activation du récepteur CB2.

"C'est peut-être plus compliqué", a déclaré Koyama. "Nos résultats suggèrent l'implication de certaines autres voies en plus de CB2. J'espère clarifier les mécanismes d'action dans un avenir proche."

Koyama a déclaré que des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre comment le bêta-carophyllène pourrait être utilisé pour développer de nouveaux traitements pour les plaies cutanées chez l'homme. Elle a dit qu'elle espérait mieux comprendre les mécanismes qui accélèrent le processus de guérison et trouver une combinaison de composés chimiques qui pourraient être utilisés ensemble pour accélérer l'administration de médicaments et la stabilité chimique, ce qui est important pour éviter ou supprimer les réponses allergiques causées par l'oxydation du produit chimique composé.

"Nous avons encore besoin d'études scientifiques approfondies au niveau des composés chimiques et également pour tester les combinaisons de ces composés chimiques", a déclaré Koyama. "Par exemple, il y a des études montrant que le linalol - un autre composé trouvé dans la lavande - peut supprimer l'anxiété par le système olfactif. Il pourrait y avoir les meilleures combinaisons de composés chimiques à des ratios spécifiques, et nous pourrions être en mesure de faire des prescriptions d'arômes composés chimiques, en fonction des objectifs de traitement spécifiques."

"Il y a beaucoup de choses à tester avant de pouvoir commencer à l'utiliser cliniquement, mais nos résultats sont très prometteurs et passionnants; un jour, dans un proche avenir, nous devrions être en mesure de développer un médicament et des méthodes d'administration de médicaments en utilisant les composés chimiques trouvés dans les huiles essentielles."

 

L'avis de la rédaction: René-Maurice Gattefossé, dans les années 1920, avait découvert (accidentellement) les propriétés thérapeutiques de l’huile essentielle de lavande pour traiter les brûlures. Il devait par la suite étudier extensivement les propriétés des huiles essentielles et en 1928 il créa le terme aromathérapie. En 1936, il travailla avec des médecins et des hôpitaux. C'est en 1937 que paraît son livre: Aromathérapie. Les huiles essentielles, hormones végétales. Il publiera une trentaine d'ouvrages scientifiques sur les parfums et les propriétés thérapeutiques des essences de plantes.

Le Dr Jean Valnet et le biochimiste Pierre Franchomme, et de nombreux autres scientifiques, médecins ou pharmaciens, ont poursuivi les recherches et développé nos connaissances sur l'utilisation scientifique des huiles essentielles.

Cette étude et la publication des résultats dans une revue scientifique sont une excellente chose et un pas de plus vers une acceptation plus large du monde scientifique de l'intérêt de l'utilisation des huiles essentielles en soins de santé.

 

A lire également: La recette infaillible pour régénérer la peau et effacer les cicatrices

 

Référence:

Beta-caryophyllene enhances wound healing through multiple routes

 

 

Envoyez à un amiEnvoyer à un ami

 


A LIRE ÉGALEMENT