[ Fermer X ]

Les conseils des meilleurs experts

GRATUITEMENT

Inscrivez-vous à notre lettre d'information et recevez ce guide en cadeau

Vous pouvez annuler votre abonnement automatiquement à tout moment.

 

Maladie d’Alzheimer : des microlésions cérébrales se produisent au début

Maladie d’Alzheimer : des microlésions cérébrales se produisent au début

Des chercheurs ont conçu une nouvelle technique d’analyse assistée par ordinateur pour repérer les dommages cellulaires précoces annonciateurs de la maladie d’Alzheimer (MA). Le compte rendu de l’étude est publié dans le numéro d’octobre de Radiology.

« Avec la longévité accrue de la population, on s’attend à ce que l’incidence de la MA augmente rapidement, ce qui créera un fardeau non seulement pour les patients et leur famille, mais aussi pour toute la société, affirme Min-Ying Su, Ph.D., auteur et professeur adjoint au Department of Radiological Sciences & the Tu and Yuen Center for Functional Onco-Imaging à la University of California à Irvine. Nos méthodes pourraient permettre de poser plus tôt un diagnostic de MA, avec le résultat que nous pourrions intervenir plus tôt afin de ralentir la progression de la maladie. »

Au fur et à mesure que la MA progresse, des membranes cellulaires dans le cerveau peuvent s’endommager, ce qui permet aux molécules d’eau de se déplacer plus librement dans le cerveau. Ce phénomène peut perturber les processus neurologiques et entraîner la mort des neurones, puis l’atrophie du cerveau. Ce processus d’endommagement cellulaire cause une hausse du coefficient de diffusion apparente (CDA), une mesure servant à étudier la répartition de l’eau dans le cerveau.

Jusqu’ici, on ne pouvait mesurer les valeurs de CDA de la matière grise contenue dans les divers lobes du cerveau, en raison de la difficulté à obtenir des mesures dans ces régions. Grâce à cette nouvelle technologie, les chercheurs pourront vraisemblablement en apprendre davantage sur le mode d’évolution de la MA dans le cerveau et chercher de meilleures stratégies de traitement pour les patients, en se fondant sur leurs besoins cognitifs individuels.

« Les patients risquant davantage que leur état se rende jusqu’à la MA pourraient commencer un traitement précoce, tandis que ceux qui semblent stables pourraient s’épargner un traitement et ses effets secondaires, d’ajouter le Dr Su. Il faut améliorer grandement l’exactitude des diagnostics de MA. »

 

Envoyez à un amiEnvoyer à un ami

 


A LIRE ÉGALEMENT