[ Fermer X ]

Les conseils des meilleurs experts

GRATUITEMENT

Inscrivez-vous à notre lettre d'information et recevez ce guide en cadeau

Vous pouvez annuler votre abonnement automatiquement à tout moment.

 

Les adultes et les adolescents qui mangent des haricots sont moins corpulents

Les adultes et les adolescents qui mangent des haricots sont moins corpulents

Selon une étude, les gens qui mangent des haricots sont moins corpulents que ceux qui n'en mangent pas.

L'étude a découvert que le poids des adultes qui mangeaient des haricots était inférieur de 6,6 livres (3 kilos) – même s'ils consommaient 199 calories de plus par jour – à celui des adultes qui n'en mangeaient pas. De leur côté, les adolescents qui consommaient des haricots avalaient quotidiennement 335 calories de plus mais pesaient 7,3 livres (3,3 kilos) de moins que ceux qui n'en consommaient pas.

Les données proviennent du sondage national américain sur la nutrition et la santé (National Nutrition and Health Examination Survey, 1999-2002). Les résultats montrent également que :

• Les adultes qui mangent des haricots consomment moins de gras et de gras saturés et présentent un risque d'obésité inférieur de 22 %, par rapport à ceux qui n'en mangent pas.
• Les amateurs de haricots, qu'ils soient adultes ou adolescents, ont un tour de taille moindre : trois quarts de pouce et un pouce (1,9 cm et 2,5 cm) respectivement.
• La consommation de fibres des mangeurs de haricots adultes et adolescents est plus de 33 % supérieure à celle des autres.

« Les haricots représentent une excellente source de fibres, et des études précédentes ont montré que les régimes alimentaires contenant beaucoup de fibres contribuent à réduire le poids corporel, alors nos résultats sont plausibles, soutient Victor Fulgoni, Ph.D., l'auteur de l'étude.

De plus, ils sont naturellement pauvres en gras et sans cholestérol. Pas surprenant qu'on ait déjà qualifié les haricots de "superaliment". » Une autre étude a en outre démontré que les régimes alimentaires comprenant des haricots pourraient réduire le risque de maladie du cœur et de certains cancers.

 

Envoyez à un amiEnvoyer à un ami

 


A LIRE ÉGALEMENT