[ Fermer X ]

Les conseils des meilleurs experts

GRATUITEMENT

Inscrivez-vous à notre lettre d'information et recevez ce guide en cadeau

Vous pouvez annuler votre abonnement automatiquement à tout moment.

 

L'efficacité des pilules pour les cardiaques est remise en question

L'efficacité des pilules pour les cardiaques est remise en question

La quantité de pilules que prennent les personnes qui survivent à une attaque cardiaque est élevée, et augmente constamment, mais elles ne semblent pas avoir les effets protecteurs que les recherches leur attribuent.

Une équipe de chercheurs d'Halifax a constaté que le nombre de pilules que doivent prendre les survivants de crise cardiaque est passé de huit par jour en 2000 à neuf en 2002.

Et le nombre peut monter jusqu'à une vingtaine de pilules par jour chez les malades qui ont d'autres problèmes médicaux comme le diabète, a remarqué le Dr Daniel Woo, un médecin résident à l'université Dalhousie.

"C'est ahurissant de penser que c'est dans le meilleur intérêt du patient de rentrer à la maison avec les deux mains pleines de pilules. Est-ce que nous leur faisons autant de bien que nous le pensons?", s'interroge le Dr Woo.

En général, un patient qui survit à un infarctus du myocarde doit au moins prendre trois types de pilules: de l'Aspirine et deux médicaments inhibiteurs.

En scrutant les fichiers de 5000 patients de la Nouvelle-Ecosse qui ont survécu à une crise cardiaque, l'équipe de recherche est arrivée à la conclusion que la plupart des médecins appliquent cette pratique.

Cependant, ils ont découvert que la médication n'avait pas eu l'effet escompté sur le taux de mortalité au sein du groupe de patients.

"Nous ne semblons pas obtenir un effet clinique significatif pour la quantité de médicaments que nous prescrivons", a expliqué le Dr Jafna Cox, un cardiologue de l'université de Dalhousie.

"Toutes ces pilules sont sûrement, dans plusieurs cas, bénéfiques. Mais nous ne savons pas dans quelle mesure toutes les interactions entre les médicaments sont bonnes ou mauvaises pour le patient", a-t-il ajouté.

 

Envoyez à un amiEnvoyer à un ami

 


A LIRE ÉGALEMENT