[ Fermer X ]

Les conseils des meilleurs experts

GRATUITEMENT

Inscrivez-vous à notre lettre d'information et recevez ce guide en cadeau

Vous pouvez annuler votre abonnement automatiquement à tout moment.

 

Les problèmes de tension artérielle augmentent les risques de glaucome

Les problèmes de tension artérielle augmentent les risques de glaucome

Les personnes qui ont une pression différentielle élevée peuvent être plus à risque de contracter un glaucome aigu, une maladie des yeux qui implique la perte de certaines cellules rétiniennes et une atrophie du nerf optique

L’écart entre la pression systolique ( fréquence cardiaque en mouvement) et la pression diastolique (fréquence cardiaque au repos), est appelé pression différentielle, et selon des chercheurs néerlandais ont étudié plus de 5 300 personnes, incluant 215 personnes avec un glaucome aigu probable ou diagnostiqué. Au début de la recherche, entre 1990 et 1993, les participants ont subi des examens des yeux et de tension artérielle.

Au troisième stade de l’étude, de 1997 à 1999, les chercheurs ont évalué la raideur artérielle des participants – une transformation de la structure des artères associée à un risque accru de maladies cardiovasculaires.

Ils ont également vérifié la pression intraoculaire (la pression à l’intérieur de l’œil) des participants ayant un glaucome aigu de façon à déterminer s’ils avaient un glaucome aigu à pression élevée (pression intraoculaire plus grande que 21 millimètres de mercure) ou à pression normale (pression de 21 millimètres de mercure ou moins).

« Nous avons découvert que le glaucome aigu à pression élevée était associé à une pression différentielle élevée, possiblement avec forte raideur de la carotide et, uniquement chez les personnes traitées pour hypertension artérielle systémique, avec faible pression d’irrigation en diastole » ont écrit les auteurs dans une déclaration.

« Chez ces personnes, le glaucome aigu à pression normale était associé à une hypertension diastolique élevée tandis que le lien entre le glaucome aigu à pression normale et la faible pression en diastole était inversé » ont-ils ajouté.

D’autres études doivent être conduites afin de pouvoir confirmer ces résultats, ont-ils expliqué, mais « nous pouvons conclure que les mécanismes impliqués dans l’apparition du glaucome aigu à pression élevée peuvent être différents de ceux du glaucome aigu à pression normale ».

L’étude a été publiée dans le numéro de juin de la revue Archives of Ophthalmology.

 

Envoyez à un amiEnvoyer à un ami

 


A LIRE ÉGALEMENT