La fièvre est-elle un symptôme dangereux?

Elle n'est pas une maladie, mais fait partie de notre arsenal immunitaire

 

Par Jean-Pierre Demets N.D.

 

Mise à jour le 15/04/2021 | Publié le 20/06/2009

La fièvre est-elle un symptôme dangereux?

L’apparition de la fièvre est généralement un signe qui provoque de l’inquiétude chez le malade ou ses proches. Dans les faits, elle nous indique que notre système immunitaire est au travail.

En médecine allopathique, l'habitude est de prescrire un médicament antipyrétique ou fébrifuge, pour abaisser au plus vite la température. Cette habitude commence à être remise en question par les scientifiques suite à de nombreuses observations de complications importantes dans l'état de malades, particulièrement lorsqu'ils ressentent les premiers symptômes de l'infection, soit lors de l'apparition de la fièvre et de ses symptômes, maux de tête et douleurs musculaires et articulaires.

Ces complications sont plus susceptibles de se produire avec un anti-inflammatoire comme l'ibuprofène ou l'aspirine, mais des complications ont également été notées avec l’acétaminophène ou du paracétamol.

 

Voir également: En cas de grippe et de fièvre, attention au Tylenol et autres médicaments pour abaisser la température

 

La fièvre qui est une température au-dessus de la normale et qui commence au-delà de 37.7 degrés Celsius (ou autour de 100 Fahrenheit), est une réaction normale et saine de l’organisme devant une agression. La hausse de température est un moyen de défense de l’organisme, particulièrement efficace et nécessaire lorsqu’il y a infection.

En naturopathie et soins hygiénistes on considère la fièvre comme une alliée, que l’on se contente de contrôler au lieu de la combattre. La fièvre peut-être provoquée par différents agents infectieux : bactéries, virus et autres microbes. Mais elle peut également être provoquée par une inflammation, une réponse immunitaire, l’exercice, l’anxiété le cancer, l’anémie, la déshydratation, une affection nerveuse ou une drogue.

La fièvre augmente la production d'interféron par le système immunitaire

Des études récentes ont démontré que l'élévation de la température du corps, que ce soit de manière artificielle (hydrothérapie chaude) ou naturelle par la fièvre, permet à l'organisme et au système immunitaire de produire en quantité beaucoup plus importante de l'interferon.

Les interférons sont une famille de protéines naturelles qui sont fabriquées et sécrétées par les cellules du système immunitaire (par exemple, les globules blancs, les cellules tueuses naturelles, les fibroblastes et les cellules épithéliales).

Les interférons modulent la réponse du système immunitaire aux virus, bactéries, cancer et autres substances étrangères qui envahissent le corps.

Une fièvre qui ne dépasse pas 40.5 degrés Celsius (104.9 F) et qui ne se prolonge pas au-delà de cinq jours, ne présente pas de danger pour le patient, pour autant que l’on en ait identifié la cause, pour s’assurer que le patient ne requière pas certains soins précis. La plupart des cas de fièvres causées par un virus, ne nécessitent d’autres traitements que de garder le contrôle de la fièvre, du repos et une bonne hydratation.

Contrôler la fièvre S’assurer que le patient est suffisamment hydraté (surtout lorsqu’il s’agit de jeunes enfants, ceux-ci font facilement des fièvres élevées et se déshydratent rapidement, il peut-être nécessaire de faire boire une boisson riche en électrolytes et minéraux). Un moyen que j’ai toujours privilégié pour contrôler la fièvre, est le cataplasme d’argile froide sur le bas ventre, et des compresses d’eau froide, régulièrement renouvelées, sur le front.

La Reine des prés et les fleurs de Sureau constituent un duo très efficace pour contrôler et abaisser la fièvre. Elles agissent en harmonie et synergie, la Reine des prés, dont un des constituants est l'acide salicylique (comme l'Aspirine) est un anti-inflammatoire léger qui ne viendra pas abaisser la capacité de défense de l'organisme et les fleurs de sureau possèdent une activité antivirale, particulièrement contre les virus responsables de la grippe.

On peut également avoir recours, surtout lors des tout premiers symptômes de la maladie, à la tisane du Dr Paul Belaiche: une décoction de sarriette, de cannelle et de clou de girofle. Ajoutez toujours le jus d’un citron à vos mélanges de plantes (ajoutez en dernier lieu directement dans la tasse).

Le citron est le meilleur remède contre la fièvre que je connaisse et il possède des nutriments essentiels pour l'organisme en lutte contre une infection bactérienne ou virale.

Homéopathie

En complément des plantes mentionnées, pour les personnes qui favorisent l'homéopathie, celle-ci peut s’avérer très efficace dans les cas de fièvre, particulièrement chez les jeunes enfants. Je recommande particulièrement la préparation liquide numéro 1 du Dr Reckeweg (Apil Mel, Belladona, Mercur. Corr., Baryta mur., Lachesa) et la préparation numéro 6 (Aconitum, Eupatorium perf., Gelsemium, Causticum, Camphora, Eucalyptus). Lors de la phase aigue, on prendra ces deux produits en alternance, de 10 à 20 gouttes dans un peu d’eau, toutes les 15 minutes, durant au moins 2 heures. Ensuite prendre toutes les heures.

Dans la plupart des cas, la fièvre disparaîtra en moins de 48h. Dans certains cas elle peut aller jusqu’à 5 jours. Au-delà de3 ce délai, il faut consulter à nouveau un spécialiste de la santé.

Un bébé de moins de 3 mois ne devrait jamais faire de fièvre. Il est donc très important de consulter immédiatement lorsque cela se produit.

Dans la plupart des affections virales ou bénignes, sachez utiliser la fièvre comme une alliée et non pas comme l’ennemi qu’il faudrait éliminer au plus vite.

 

Découvrez les meilleurs moyens naturels pour contrôler la fièvre et en faire un outil de guérison, dans notre dossier complet sur la grippe, guide téléchargeable et audio, dans notre section des membres Amis. Cliquez ici

 

Références:

In vivo hyperthermia enhances plasma antiviral activity and stimulates peripheral lymphocytes for increased synthesis of interferon-gamma

Hyperthermia in humans enhances interferon-gamma synthesis and alters the peripheral lymphocyte population

The Effect of Antipyretic Therapy Upon Outcomes in Critically Ill Patients: A Randomized, Prospective Study

Utilisation d’AINS chez des patients atteints Covid-19

Fever and Antipyretic Use in Children

Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et complications infectieuses graves

 

 

Envoyez à un amiEnvoyer à un ami

 


A LIRE ÉGALEMENT