Est-il vrai que le zinc permet de mieux résister aux infections virales

Des études ont démontré un effet positif de la supplémentation en zinc sur des affections à virus et coronavirus, telles que grippes et rhumes.

 

Par Jean-Pierre Demets N.D.

 

Mise à jour le 08/04/2020 | Publié le 09/12/2011

Est-il vrai que le zinc permet de mieux résister aux infections, telles que grippe et rhume?

Le zinc est un élément important du bon fonctionnement du système immunitaire, mais son action pourrait-elle être plus spécifique sur les affections virales?

Des études conduites, il y a plusieurs années, à l'Université de Floride ont montré qu'un supplément de zinc améliore considérablement la réponse immunitaire d'un organisme face à l'action de certains éléments infectieux et pathogènes.

Le zinc présente un nutriment important pour l'organisme, il est essentiel à la division cellulaire et il est également impliqué dans la production d'insuline.

On sait de plus que le zinc favorise le fonctionnement de la prostate.

Les besoins de l'organisme en zinc étaient connus depuis longtemps des médecins et nutritionnistes ; ce minéral est un élément essentiel dans la composition de plus de 300 enzymes, nécessaires pour la reconstruction de tissus blessés, maintenir la fertilité, la synthèse de protéines et particulièrement pour maintenir en bon état le système immunitaire.

Maintenant, des recherches plus récentes semblent indiquer que ce minéral essentiel joue un rôle essentiel dans le traitement des rhumes, grippes et maux de gorge, notamment en réduisant considérablement le temps de l'affection.

Les scientifiques ne sont pas encore en mesure d'expliquer de manière précise le mécanisme d'action bénéfique du zinc dans ces cas d'affections virales, mais il est supposé qu'il supporte l'action du système immunitaire et qu'il intervient également en réduisant la capacité de réplication du virus.

Dans les pays en voie de développement, ajouter un peu de zinc à l'alimentation suffit à réduire les cas de diarrhée, de pneumonie et de paludisme. Le zinc permet d'éviter jusqu'à 38% de crises de diarrhée, de réduire les infections respiratoires aiguës de 45% et les cas de paludisme de 35% ou d'avantage.

Les dernières recherches concernant l'efficacité du zinc contre les affections hivernales, telles que grippes ou rhumes, mal de gorge à démontré clairement l'efficacité de celui-ci, particulièrement lorsque combiné à de la vitamine C. Le zinc à un effet dévastateur contre les virus ou bactéries, particulièrement au niveau de la gorge et des voies respiratoires supérieures.

Une étude publiée dans les Annals of Internal Medicine, d'un essai contrôlé de 50 volontaires ayant pris environ 13 mg de zinc sous forme d'acétate de zinc ou de placebo toutes les 2-3 heures, tant qu'ils présentaient des symptômes de rhume. Les résultats se sont montrés statistiquement significatifs. Le groupe consommant le zinc avait une durée moyenne de rhumes plus courte, de 4,5 jours contre 8 jours pour le groupe sans zinc.

La consommation totale quotidienne de zinc était d'environ 80 mg par jour, ce qui est supérieur aux besoins quotidiens, mais ne pose pas de problème sur une courte période.

 

Action éventuelle du zinc sur le COVID-19

Le Dr Robb , un pathologiste qui a effectué une partie des premiers travaux sur les coronavirus dans les années soixante-dix, a fait référence à des recherches qui avaient démontré une inhibition de la réplication de nombreux virus, y compris les coronavirus, par exposition au zinc. Il a indiqué que cela pourrait également être le cas pour le virus Covid-19, mais il a souligné qu'il n'avait procédé à aucune étude expérimentale pour cette affirmation sur le cas précis du Covid-19. Néanmoins, il a suggéré de sucer des pastilles de gluconate de zinc plusieurs fois par jour en cas de symptômes de refroidissement. Il a spécifiquement conseillé que cela se fasse en position couchée pour donner au zinc les meilleures chances d'atteindre le virus.

De son côté, le Professeur Henri Joyeux souligne que «l’Hydroxychloroquine, le médicament suggéré par le Professeur Didier Raoult, faciliterait l’entrée du zinc dans la cellule ce qui lui confèrerait un effet antiviral en bloquant la réplication de l’ARN du Coronavirus.» Cette théorie est expliquée dans une présentation vidéo scientique (en anglais).

Dès 2010, ensuite en 2014 deux publications, la première en Hollande, la deuxième en collaboration entre l’Université d’Oklahoma aux USA et celle de Xuzhou en Chine, ont apporté des preuves scientifiques de haut niveau.

Dans une publication (en anglais) que l'on retrouve sur pubMed, on trouve l'étude suivante: Le Zn (2+) inhibe l'activité des ARN polymérases des coronavirus et des artérivirus in vitro et les ionophores de zinc bloquent la réplication de ces virus en culture cellulaire.

Le zinc serait également un inhibiteur des molécules pro-inflammatoires.

La recommandation du Professeur Joyeux est que «la supplémentation en zinc, surtout des personnes âgées et fragiles peut être très nécessaire d’autant plus que du fait de comorbidités elles consomment certains médicaments qui réduisent les taux de zinc dans le sang».

 

En prévention, on recommande de 10 à 15 mg par jour sous forme de gluconate de zinc. Lorsqu'il y a un début d'infection on peut pendre le gluconate de zinc en pastilles de 10 mg à laisser fondre en bouche, aux deux heures, jusqu'à 80 mg par jour, pour une durée ne dépassant pas 5 jours.

On peut également utiliser le zinc sous forme de ions liquide. On garde en bouche sous la langue.

Il faut tenir compte qu'au-delà de 30 mg par jour, le zinc peut à long terme perturber l'absorption du cuivre et être source d'anémie. Raison pour laquelle le traitement à dose de plus de 30 mg ne doit pas dépasser cinq jours.

On peut associer les pastilles de zinc à la vitamine C. De nombreuses préparations commerciales les associent dans le même produit.

Les aliments particulièrement riches en zinc sont: les graines de citrouille, les huitres et les graines de tournesol, autres sources intéressantes, la levure de bière, les oeufs, les crustacés et fruits de mer.

 

A lire également: ZINC: Attention à la carence

 

Références:

Can Zinc Lozenges Help with Coronavirus Infections?

Zinc for the treatment of the common cold: a systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials

Zinc is a potent and specific inhibitor of IFN-λ3 signalling

 

 

Envoyez à un amiEnvoyer à un ami

 


A LIRE ÉGALEMENT